“vies de livres”

10 Février 2007

Les jeux sont faits.
Il n’est plus complètement à moi.
Il est parti vers son destin de livre. Imprimerie.
« Lâche ton bébé, m’a dit Gilles, il en a besoin maintenant. Et toi aussi… »
Et il l’a emporté. Pour l’habiller, lui donner son nom, et annoncer son existence.
Il va mener sa vie de livre…
Il va emmener dans ses pages une tranche de ma vie.
Une tranche de ma vie envoûtée ou écorchée par les vies des autres.
Eux, elles, j’espère qu’ils se sentiraient bien dans ces pages. Sans trahison. Ils n’ont plus de nom, plus de date, ils sont de partout ou de nulle part, mais ce sont bien eux.
Nous, toi, toi qui t’es reconnu et je t’ai retrouvé. Oui, c’est vrai, on était comme deux cons inutiles, assis sur cet escalier à se demander où était passé le manche du couteau. Dans sa poche sûrement. Ou dans l’égout. Et la lame dans son cœur à elle. Et le commissaire de permanence qui nous filait ses cigarettes, on avait grillé les notres jusqu’à la dernière.
Toi que j’ai prévenu pour te faire rire. L’histoire, on l’a partagée. La cour d’assises. Le braqueur expert en métaux précieux… Et comment il s’appelait déjà ce brigadier ? Fou rire à se souvenir de sa trogne de faux méchant… Vous n’avez rien à foutre avec les gendaaaaarmes ! Et tu te rappelles quand on est sortis tous les trois après le délibéré, et qu’on a failli se retrouver en garde à vue ? J’ai rien vu, j’ai rien fait. Quand on a du le mettre par écrit... Là aussi on avait l’air con.
Toi, non vous, le chef, que j’aimerais que vous lisiez le souvenir que j’ai de vous. Mais je ne sais pas où vous êtes.
Mais je vous ai enchaîné à moi dans ces pages. Avec eux, elles, toi et toi. Avec nous.

À vous qui êtes passés par ici et qui avez aimé lire, encore merci.
Merci pour cette reconnaissance. Je ne sais pas y répondre, je n’ai pas reçu l’apprentissage pour ça. Je suis née là où on flingue l’ego à bout portant. Là où on dévalorise pour se sentir puissant. Là où il faut mieux se taire.
Là où on dit « On ne dit pas "moi-je" »…
Je ne sais pas parler de moi, je ne sais pas ce que je vais faire de ce blog.
Personne n’est venu dans ces lignes pour lire ça.
Je vais essayer.
Un exercice…
J’aime pas ça.
J’en sais rien…

Je souhaite bonne chance à mon livre.
Je lui dois déjà d’être capable de tourner une page.
Enfin.

Voir les commentaires

Bénédicte Desforges

#vies de livres

5 Février 2007

Le Flic !

J'ai gagné le 1erprix du festival de Romans en catégorie littérature.

F-Romans.JPG

Voir les commentaires

Bénédicte Desforges

#au jour le jour, #vies de livres

21 Janvier 2007

Bonjour à tous.
Quelques lignes pour remercier tous ceux qui ont voté pour POLiCE.

Vos votes ont permis au blog de se retrouver en première position de cette présélection, en catégorie littérature.
(tous les résultats sont en ligne ici )
C’est un jury qui déterminera le gagnant du concours.
Merci de m’avoir permis d’accéder en finale :o)

Mais j’ai déjà gagné beaucoup…

J’ai découvert des blogs.
J’ai trouvé, cachés dans ces blogs-là, des gens adorables et talentueux.
J’ai reçu des dizaines de messages et de mails tous les jours.
J'ai gagné en amitié, j'ai gagné en solidarité, j'ai gagné la seule chose valable que l'on puisse trouver au delà d'un écran plat...
Et... l’augmentation du nombre de visites sur le blog m’a permis de monter en grade chez overblog. Et à présent, j’ai accès à la provenance du trafic. C’est renversant… Mots clés tapés dans Google : « emmerder un flic », « blog pour voyeurs », « retraite anticipée pour gardien de la paix », « acheter du shit à Paris », etc…
Rien que pour ça, ça valait le coup !
Et aussi, j’ai reçu le plus beau prix littéraire qui soit. La demande d’un prof de français d’étudier un de mes textes en classe…

Merci à vous !

banniereGromanche.jpg

Voir les commentaires

Bénédicte Desforges

#vies de livres, #au jour le jour