7 Avril 2010

tomb raider

   Ça sort aujourd’hui, c’est tout neuf, tout beau, tout propre sur soi, et ça vous est vendu comme un film qui enfin met des gardiens de la paix en vedette. C’est sûrement pour ça qu’ils sont en civil sur l’affiche.
   Ce film, j’ai pu le voir l’autre jour, en avant-première chez Gaumont avec d’autres fonctionnaires de police. Que des fonctionnaires de police. Une avant-première pour flicards. C’est peut-être pour ça qu’on n’a pas pu discuter avec l’équipe du film après la projection. Ils n’étaient plus là.
   Juste avant, on nous a présenté la productrice et le réalisateur. Il m’a dit qu’il avait donné mon FLiC à lire aux deux comédiens pour qu’ils en inspirent leurs personnages. Vous m’en voyez très flattée, je lui ai dit. Mais je le savais déjà, j’avais lu et vu des interviews où mon livre était cité (une révélation, oui, on y lit que les flics ont un petit cœur sensible qui bat sous le gilet pare-balles). Mais ce n’est pas tout. Ils se sont également préparés à endosser le rôle en faisant des séances de tir (à balles réelles, précise-t-il), en observant la gestuelle du gardien de la paix dans son milieu naturel, et en se baladant pendant deux mois avec une carte de police sur eux - ça le fait marrer d’insister sur ce détail. Pourquoi pas, après tout. J’en suis presque à souhaiter qu’ils s’en soient servi pour éprouver la brème-power...
J’étais donc plutôt curieuse de voir le film.
   La communication autour de la promotion de Gardiens de l’ordre semblait être basée sur cette particularité, la descente aux enfers de deux gardiens de la paix, avec insistance sur le grade, l’uniforme, et tout le tralala.
   Il s’agissait sans doute de faire la différence avec les polars à la française, de se distinguer des styles dominants de Melville et de Marchal, et leurs sombres héros de police judiciaire. Et pourquoi pas - sans finir par un suicide ou tragiquement, dans le whisky-prozac - louer les rustiques qualités des flics de base, ces mal-aimés, pour attirer un public séduit par la dimension réaliste de ces gens simples à qui tout peut arriver, bref un bon public formaté à la sympathie pour l’ordre plus que la paix, et les métiers prolo-insignifiants. Le tout assaisonné d’une étonnante insistance sur le titre de mon livre – FLiC, requalifié d’autobiographie d’une gardienne de la paix – en guise de notice d’emploi du flic avec intense imprégnation de réel, comme s’il s’agissait de clamer cette caution de crédibilité empruntée malgré moi, sans avertissement et sans sommation.
   Bref, qu’importe. Les acteurs sont beaux l’un et l’autre, on n’allait pas devoir entrer en empathie avec un Pinot, flic simple et bedonnant, et c’était plutôt de bon augure.

   Ça commence fort. Tapage nocturne, ouvrez, c’est la police ! en restant bien devant la porte pour se prendre la balle là où ça fait 10 points cash (révoquez-moi ce moniteur de tir) et boum ! un flic meurt sous le coup de feu d’un jeune homme de bonne famille, sous amphétamine phosphorescente non répertoriée au catalogue. Le gardien de la paix Cécile de France riposte mais ne le tue pas, ce qui permet au gugusse de prétendre qu’il n’a pas tiré le premier. Pas de chance, l’IGS au grand complet fait une grève du zèle ou s’est tirée en pique-nique, et le commissaire peut donc, tout seul et sans enquête, conclure qu’il y a bavure parce que le type en question est fils de député, et ça ne se passera pas comme ça.
   Les deux gardiens de la paix, au lieu de s’émouvoir de la mort de leur collègue que personne n’a pensé à ramasser sur le palier et dont tout le monde se fout, ou de faire appel au Canard Enchainé pour dévoiler le scandale, décident de se métamorphoser en James Bond et Tomb Raider pour choper eux-mêmes le gros narcotrafiquant (les stups sont à la plage) et sauver non pas la pension de reversion et la mémoire de leur collègue qui est toujours sur le paillasson, mais leur boulot. On ne va pas se laisser révoquer comme ça, nonméooo !... boudiou, que c’est mesquin. Ils n’auront revêtu l’uniforme de gardien de la paix que les vingt premières minutes du film, le pari était trop dur à tenir jusqu’au générique de fin.
   On ne peut décemment pas infiltrer la pègre de la nuit et de la came avec un uniforme de gardien de la paix, faut pas que déconner.
   Ni en habitant un HLM pour flics, non, il est préférable d’aller péter les scellés d’un appartement cossu, ça va mieux avec une robe Prada, et ni vu ni connu je t’embrouille, nous voilà dans un trip typiquement marchalien, à savoir des flics ténébreux dans un habitat incompatible avec leur paye, qui vont résoudre seuls contre tous, un truc énorme avec leurs petites mains.
   Alors stop les incantations au réalisme et au charme du flic de base.
   Surtout qu’on s’en tape un peu du réalisme, voyez-vous, c’est bien une fiction qu’on regarde, pas un documentaire.
   Ce n'est pas que ça manquait de police-secours ou de timbre-amendes, de routine anxiogène ou de malfrats sans envergure, il ne fallait juste pas qu’il y ait cette image du personnage ordinaire qui, comme une larve maladroite sort de son moche cocon bleu marine, pour devenir un merveilleux papillon de nuit en robe noire et escarpins ou en costard sur mesure. Inexploitable, l’uniforme, pas moyen d’en faire une sape de héros, il n’est ici qu’un titre et un prétexte de marketing supposément original.
   Je t’en foutrais du flic de base, du gardien de la paix ou de l’ordre, quand il flingue tout et n’importe quoi à longueur de film, laissant des cadavres de dealers derrière lui pour finir comme dans un jeu vidéo, avec un big boss à effacer, dernier survivant du massacre d’un scénario anémique.
   Il me fait rire le gardien de la paix qui prend cent fois la pose pour tirer, tête légèrement penchée et maquillage en vrac, robe sexy cela va de soi, mais tout le monde n’est pas Nikita pour rendre une tuerie sublime, et un coup de feu émouvant.
   Le pari est raté encore une fois.
   Deux flics banalement borderline trainent le long d’une histoire prévisible leurs caricatures de gentils justiciers aux yeux tristes, face à des méchants qui ont des vraies têtes de méchants, et tout le monde tire sur tout le monde à la moindre contrariété.
   Affaire suivante.

Voir les commentaires

18 Mars 2010

Bénédicte Desforges

#revue de presse

15 Mars 2010

Bénédicte Desforges

#vies de livres, #revue de presse