Le charme discret de la police nationale

16 Mai 2008


   Vite fait en passant, je voulais contredire une idée reçue.
  Non, le métier de policier n’est pas un psychodrame perpétuel…

  J’étais alors jeune officier.
  J’avais abandonné ma condition de gardien de la paix pourtant si chère à mon cœur, au prix d’un an de scolarité à Nice, rendu particulièrement pénible par les nombreux allers et retours à la plage qui nous étaient imposés après les cours, dès le début du printemps. Il fallait qu’on ait meilleure mine que les inspecteurs de police de l’époque, qui passaient leur année de formation dans l’Yonne, dans une école qui ressemblait à un HLM rural échoué dans les champs de betteraves.
  La guerre des polices n’était alors qu’une simple affaire de géographie et de météo. Pluie et boue pour les civils, soleil et mer pour la tenue. Par la suite c’était bureau et chauffage pour les civils, et pluie et rue pour la tenue, mais bon…
  J’avais été affectée exactement où je voulais exercer, le 18ème arrondissement de Paris, et forte de mes nouveaux galons blancs et droits, en lieu et place des chevrons, j’avais désormais des exigences de cadre. Il me fallait un chauffeur pour tous mes déplacements, même dans les locaux du commissariat central. C’est pas qu’il était immense et qu’on s’y perdait, il n’y avait qu’une seule grande salle, et c’était ma foi bien pratique. Dans un petit périmètre on pouvait y trouver le chef de poste qui était également chargé de l’accueil du public, quelques tables avec des bécanes pour faire rapports et procédures, des bancs aux pieds assez solides pour supporter une extrémité de menottes, la garde à vue, et les poubelles. Au milieu il y avait une colonne. Quand les Anciens passaient à coté d’elle, ils la caressaient affectueusement en disant « Ah si la colonne pouvait raconter tout ce qu’elle a vu… » Et un petit bout de couloir plus loin, il y avait une douche sans eau, des toilettes bouchées, et un réduit qu’il était convenu d’appeler vestiaire.
  Alors un chauffeur, c’était une question de prestige dont je ne pouvais faire l’économie au vu de la lourde tâche de commandement qui m’attendait. Une centaine de gradés et gardiens de la paix était aux aguets de mes premiers bafouillements confus. Il y avait plein de choses que je découvrais. Je venais d’une unité départementale d’anticriminalité, et un certain nombre de rapports dits « de service général » relevait pour moi de la haute-voltige rédactionnelle. En clair, j’allais devoir faire semblant de savoir faire en attendant de savoir faire. La formation d’officier avait passé ce genre d’exercices sous silence, préférant d’obscurs cours sur l’art de commander, avec schémas géométriques à l’appui.
  Bref, je devais asseoir mon autorité sur autre chose que la compétence universelle que je n’avais pas. D’où l’idée géniale du chauffeur qui allait détourner l’attention de mes effectifs loin de mes inaptitudes.
  Le scooter volé était un parfait compromis pour me faire trimballer jusqu’à la cafetière. Petit, maniable et peu bruyant, je pouvais demander à mon chauffeur que j’avais emprunté à la BAC, de faire le tour de la colonne sans troubler la quiétude des gardés à vue. Les scooters volés étaient en principe garés en consigne devant le commissariat, mais il était arrivé qu’ils y soient à nouveau volés. Même si l’on s’y fait moins égorger et détrousser qu’avant que le baron Haussmann ait fait installer l’éclairage public dans Paris, les rues ne sont pas si sûres que ça. Hé oui… Il y a des kamikazes de l’audace.
  Mais quand on quittait ce petit huis clos que je viens de vous faire partager, ils avaient intérêt à courir beaucoup plus vite que nous.
 

Avertissement :
Il est bien évident que cette scène fait authentiquement partie de mon vécu policier, que tout est vrai, que la photo n’est pas truquée, que je ne suis pas truquée non plus, que l’individu qui pilote le scooter est un vrai flic et pas un action-man, et que j’ai obtenu le grade d’officier de façon régulière.
En conséquence et en accord avec moi-même, sachant que ce récit fait l’objet d’un copyright dont je suis l’exclusive détentrice, je dépose un brevet sur le principe de la libre circulation des deux-roues volés dans les locaux de police, pourvu qu’ils soient montés par des fonctionnaires de police, titulaires ou non dans leur grade.
Il va donc de soi que s’il s’avérait qu’un producteur ou un réalisateur de fictions policières me pique cette idée et la mette en scène sans que je lui aie chèrement vendu les droits qui me sont inaliénables, je lui mettrais illico mon avocat (qui est très méchant) au cul.

Bénédicte Desforges

#chroniques d'un flic ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire
H
Que voici un blog attachant! J'y tombe un peu par hasard: il est rare que je m'intéresse à la boutique en dehors du service... ;o) Je ne peux dire que ceci: après bientôt 27 ans, je ne suis jamais venu en regrettant de m'être levé. Peu de gens peuvent dire ça!
Répondre
V
Quand les Anciens passaient à coté de la colonne ... Marrant, un de mes vieux m'en a parlé. Avec émotion !! Commme de toutes ses années 18.<br /> <br /> Mais seulement tes anciens peuvent parler de cette barre, toi non ?! mouais ... j'doutes !!
Répondre
L
<br /> <br /> Ah ben la colonne, c'est un peu le totem de l'ancien CP18.<br /> D'ailleurs, faudrait la classer monument historique et la mettre sous la protection de l'unesco. C'est pourquoi cette photo est une rareté :D<br /> Mais sinon, moi j'ai rien à dire. Rien de rien. J'me rappelle pas bien. T'as qu'à demander à la colonne :D<br /> <br /> <br /> <br />
D
Bises Béné.<br /> <br /> On va éviter quand meme...<br /> <br /> C'est cool de te lire. @+
Répondre
L
<br /> <br /> En même temps, faut dire que les vieux cons sont de plus en plus jeunes :o)<br /> <br /> <br /> <br />
J
Bonsoir,<br /> J'ignorais la véritable raison de ta disparition du service, "On" nous avait dit que c'était une dispo pour élever ton enfant . . .
Répondre
L
<br /> <br /> Salut JC. "On" n'a pas tort. Mais avant ça, deux mut art.13. Et "on" sait pourtant que ce n'est un secret pour personne :o) Bizzz<br /> <br /> <br /> <br />
D
'soir Béné.<br /> <br /> Tu sais, on a peut-etre touché le fond quand meme, et peut-etre meme pour y rester. Je dis çà comme çà.<br /> Parait que c'est "coz" à la mondialisation.... Après les guerres mondiales, la mondialisation... Salaud de Monde, Salauds de Pauvres, Salaud de Flic!<br /> <br /> Coucou en passant.
Répondre
L
<br /> <br /> Coucou Denis :o)<br /> Bon, on va pas parler comme des vieux cons, hein. Bizoux.<br /> <br /> <br /> <br />
N
Tu veux dire que l'administration police a une mauvaise image dans le monde de l'édition et du cinéma ou qu'elle parait bisounours quand on a goûté au monde de la production et de l'édition?<br /> <br /> J'ai hâte de t'entendre dire ce que tu as à dire à ce sujet, et en même temps pas du tout car quand tu auras décidée de la faire, c'est que définitivement, tu voudras quitter la Police Nationale...
Répondre
L
<br /> <br /> Réponse 2.<br /> Et c'est à la boite que je dois une obligation de réserve et je la respecterai. J'ai eu des tracas bien bien avant la sortie de FLiC, mais les détails ne présentent aucun<br /> intérêt. Hormis celui de me dire que finalement, c'était prévisible, logique et frontal. Raisonnablement, je devais m'y attendre. Et puis dans vingt ans, trente ans, c'est pas le souvenir qui me<br /> restera de la police.<br /> Il me restera que j'ai véritablement aimé ce métier. Même s'il ne me l'a pas toujours bien rendu.<br /> <br /> <br /> <br />
N
Re-bonjour!<br /> <br /> Honnêtement tu devrais reprendre du service, car une flic comme toi ne doit pas rester inactive... Quand je lis ton livre & ton blog je vois bien que tu aimes ton boulot. C'est dommage de privé la Police d'un élément comme toi. <br /> <br /> Moi je suis très jeune policier, et dans les services à mon avis, tu serais très bien acceuilli après cette trève(littéraire).<br /> <br /> Après c'est sûr que si t'as des propositions alléchantes dans le cinéma, ou l'édition (ce que je ne doute pas), Vive ton épanouissssement dans cet autre milieu!<br /> <br /> J'ai dit cque j'avais à dire. A bientôt.
Répondre
L
<br /> <br /> Salut Nicolas<br /> Je sais que j'aurais du reprendre un jour, je sais qu'à un moment je n'ai pas eu d'autre choix que de me mettre en dispo, je sais que ça me manque.<br /> Ca me manque tous les jours. Et malgré tous les "c'était-mieux-avant"...<br /> Pour le reste, les propositions alléchantes, et s'il fallait résumer les choses, à avoir approché (et avoir été approchée par) le milieu de l'édition et celui de la réalisation et la production,<br /> je trouve maintenant que l'administration police fait figure de monde des Bisounours. C'est dire... Je raconterai ça un jour ou l'autre, parce qu'à "eux" je ne dois aucune obligation de réserve.<br /> <br /> <br /> <br />
M
j'adore cette tranche de vie. ça fait super plaisir à lire.<br /> (mais bon, t'aurais quand même pu mettre ta ceinture de sécurité...)
Répondre
L
<br /> <br /> Merci toi :o)<br /> Il fallait quand même que j'apporte la preuve par l'image qu'on sait lutter contre la déprime LOL<br /> <br /> <br /> <br />
P
Non mais j'y crois pas, elle est belle la hierarchie, et pendant ce temps nous on trime comme des forcats, mais que font les syndicats ?????<br /> Bon sinon a part suis toujours devant ma porte et il est vraiment petit le locataire :-)
Répondre
L
<br /> <br /> Que font les syndicats ? Tu veux vraiment des réponses ? Allez, je t'en donne une : ils s'occupent du déroulement de carrière. Le leur, bien sûr ! :D (Ptain, je vais me prendre une<br /> intervention syndicale, ils vont faire fermer mon blog par l'IGS Haha !)<br /> Bon sinon, quand est-ce que tu mutes de ton service de plantes vertes à feuilles persistantes ?<br /> Bizoux :o)<br /> <br /> <br /> <br />
P
Il manquerait plus que ça, que ce soit tous les jours la grisaille dans les commissariats. On demande aux policiers d'être sérieux, pas tristes.
Répondre
L
<br /> <br /> C'est sûr, déjà qu'on est tristes une fois par mois, quand on reçoit la fiche de paye...<br /> <br /> <br /> <br />
L
Halte à l'acharnement policier !<br /> Le code de la route s'applique-t-il dans l'enceinte privée de l'Hôtel de Police du 18eme ? 'me semble que non, m'sieur l'agent...<br /> <br /> Blague à part, Cannes-Ecluses, accessible en navette depuis la gare SNCF de Monterau-Fault-Yonne, entre deux champs de betteraves, j'y étais.<br /> Et, bien après, quand on a appris la scolarité niçoise des officiers de Paix, on a évidemment déversé tout notre fiel sur ces plagistes, jaloux qu'on était d'avoir supporté le froid et la pluie seine-et-marnaise pendant un an...<br /> Il n'y avait tellement rien à faire que je n'ai jamais fait autant de jogging. C'était bon pour les épreuves sportives...<br /> C'était il y a longtemps...<br /> <br /> Bonne continuation à ce blog, vraiment !
Répondre
L
<br /> <br /> Merci Larry !<br /> Alors comme ça, tu as fait un an de footing dans la boue ? Oh mon pov' ! Nous, c'était sur la promenade des Anglais, 10km jusqu'au port, et plouf dans la grande bleue...<br /> (et l'opette se marre)<br /> <br /> <br /> <br />
C
Bonjour Bénédicte,<br /> <br /> J'ai adoré la plongée dans ton monde et certains bouts de mon ancien quartier. Ta plume est féroce et tendre : bravissimo.<br /> <br /> à quand le tome 2 ? Et popurquoi pas travailler sur des scénarios avec des pros, une voie nouvelle s'ouvre pour toi.<br /> <br /> Bises,<br /> Zora.
Répondre
L
<br /> <br /> Salut Zora !<br /> Merci. Ca me fait très plaisir que le FLiC t'ait plu.<br /> Tome 2, je ne sais pas. Je ne sais pas si ce serait une bonne idée (tiens je vais faire un sondage huhu !)<br /> Quant au scénario, j'y pense bien sûr. Je l'ai dans la tête et en partie sur papier. Les pros, on en causera plus tard. J'en ai eu une approche assez surréaliste qui mérite d'être racontée<br /> ici.<br /> Bizoux et @ +<br /> <br /> <br /> <br />
F
woulala, il faut alors tous qu'on dépose nos plus belles "actions" dans le poste et hors champs de vision du citoyen lambda!!!!<br /> <br /> "onestpaspayéchermaisquescequonpeurigoler" quand personne nous voit hihi<br /> <br /> bizz<br /> <br /> karine
Répondre
L
<br /> <br /> Ah bah non, regarde, il y a du monde dans le poste. C'est des fantaisies réservées pour inside le CP, mais si les gens voient qu'on sait "aussi" rire, et que ce n'est pas préjudiciable au<br /> travail, c'est tout bénef pour tout le monde :o)<br /> <br /> <br /> <br />
J
Quand j y suis arrivé on se changeait dans le couloir, dos au GAV n°3 et à coté des cages à chiens, quand on sait ou menait le couloir... :-/.<br /> <br /> Mais c'était encore pire pour les quelques dames qui bossaient avec nous !!<br /> <br /> C'était le B.... mais quelle bonne ambiance !!!<br /> <br /> Ba je deviens Nostalgique avec l'âge<br /> <br /> Merci au fait je viens de découvrir que j'étais beau gosse puisque du 18eme !! :) si seulement j'avai su !!
Répondre
L
<br /> <br /> Héhé... je vois que tu connais très bien les lieux aussi. D'ailleurs les cages à chiens, on les voit sur la photo. Ben moi, pour tout dire, je me changeais dans les wc, on partageait un bureau à<br /> sept, et mon armoire (avec mes ptits dossiers, les règlementations, les rapports, bref tu vois ce que je veux dire) c'était une cantine achetée au marché aux voleurs :D<br /> Mais on est bien d'accord sur l'ambiance. Le top ! :o)<br /> <br /> <br /> <br />
S
Bénédicte, tu oublies que le non-port de casque me permet un contrôle Stup' à la volée donc hop conduite sous stup'... Parce que bon, sur la photo, tu as les yeux qui brillent plus que de mesure... C'est pas le "Ricard du soir espoir", ça !<br /> <br /> Je l'aurai cette prime, je l'aurai !! :D<br /> <br /> Au fait, Fourrure, au lieu de discuter, vous allez me présenter les documents afférents à la mise en circulation et la conduite de votre véhicule ! Non mais... :D
Répondre
L
<br /> <br /> Oui, ben c'est bien ce que je pensais, t'es gravement atteint.<br /> Non port du casque, dis-tu ? Pet au casque chez toi moi je dis :D<br /> Et arrête de molester mes gentils commentateurs avec tes contrôles au délit de faciès.<br /> <br /> <br /> <br />
R
Même que le curé est arrivé en scooter... et qu'il m'a foutu à la porte.<br /> Un jour pourtant, je le sais bien, Dieu reconnaîtra les chiens.
Répondre
L
<br /> <br /> Rémi, je trouve bizarre que ces temps-ci, tu suives le vétérinaire comme un chien. Je vois bien que tu lui portes beaucoup d'affection, mais il y aura un certain nombre d'impossibilités à ce que<br /> je t'emmène faire ton rappel de rage dans son cabinet.<br /> <br /> <br /> <br />
F
@ Salvatore en 2<br /> Mais il n'est pas sur la voie publique, le scoot ?
Répondre
A
<br /> <br /> Fourrure, le sus-nommé Salvatore est un flic extrêmement zélé. Il n'y a pas un soir où il ne s'endort en rêvant de sa prime au mérite. Alors pour mettre ces PV il a évidemment dû mentir. Il a<br /> inventé un flagrant délit sur la voie publique, un refus d'obtempérer de ma part, un délit de fuite vers le commissariat, une intrusion par effraction, des dégats matériels sur la porte, un recel<br /> de vol, complicité de vol aggravé, etc. Alors mon action-man et moi, on s'en sort pas si mal :D<br /> <br /> <br /> <br />
S
Bénédicte, tu as eu raison de mettre cet avertissement. Parce qu'il était sûr qu'au prochain épisode de "Sur le Fil", on voyait un flic bourré tirant en l'air sur un scooter dans un Ciat et se vantant de ne plus mettre de PV de contravention, même si c'est un flic de PJ... De préférence une femme officier en recherche de sa féminité dans ce milieu d'hommes et cherchant par la même occasion à régler un dramatique pathos oedipien avec son père lui même commissaire-général-des-logis mort en service dans des conditions troubles... Devant elle bien sûr, dans un loft rue Marbeuf à Panam.<br /> En fait, les séries françaises ça ressemble aux vitrines de commerces chinois... Faut tout mettre dedans jusqu'à l'écoeurement. :D<br /> Et à la place des étiquettes "PAS CHER !", le scénariste estampille ses anecdotes d'étiquettes "REALISTE, COMME EN VRAI".
Répondre
L
<br /> <br /> Cher collègue,<br /> Tu devrais garder le silence, parce que tu vas en inspirer plus d'un.<br /> Si tu veux, on conçoit un scénario ensemble, et on le met aux enchères :D<br /> <br /> <br /> <br />
M
mais bordel, quelqu'un va me dire la marque du scooter?<br /> J'en ai perdu un dans les années 80.<br /> Des bizettes
Répondre
L
<br /> <br /> C'est un Dolce Gabbana customisé (en exclu chez Colette) qui a été volé devant chez Angelina.<br /> <br /> <br /> <br />
D
Qui parle de mauvaises langues ?? y a pas de mauvaises langues, nanmé. Si on peut plus dire la vérité, hein...<br /> Par contre, si tous les flics du 18 e sont bo gosses comme cela, moi, je vais faire un tour prochain à Paname.<br /> <br /> Je décooooonne Béné, t'es très très bien habillée. Tout le temps, une vraie fashionista, hype trendy toussa toussa.
Répondre
L
<br /> <br /> Et ça y est, c'est reparti pour un tour. Ca peut devenir une légende urbaine si on insiste encore un tout petit peu...<br /> Mais je vais éviter le débat. Primo pour une question de rhétorique, je ne sais PAS ce que veux dire trendy, et là je vais lâcher la grappe à Google. Deuxio, parce que même si les orgues de<br /> Staline sont chauds bouillants, je vais tenter de rester dans la ligne de ce blog. C'est encore un blog de flic pour un bout de temps, et pour le hors-sujet je n'avais pas prévu les blogs<br /> macarons-pompes de clown-mascara dans l'immédiat :D<br /> <br /> <br /> <br />