Héroïne

24 Juin 2006

 

  Un matin, très tôt, dans une petite rue près du boulevard Barbès. Un très jeune couple est arrivé la veille pour fêter en amoureux leur sortie de cure de désintoxication. Ils ont pris une chambre d'hôtel, c'est très moche, c'est rempli d'histoires moches, mais quand on y entrera, il y aura encore comme une odeur d'amour. Ils devaient se sentir forts et libres, enfin sortis de l'enfer et se sont acheté une dose d'héroïne, la dernière. Pour se prouver - comme souvent - qu'ils l'ont vaincue. Une dernière avant d'arrêter. Une dernière parce qu'ils ont arrêté. Une dernière parce que ça fait du bien. Un shoot de trop pour tous les deux...
  Le jeune homme est emmené en Samu. La fille reste avec moi, elle est allongée sur son lit, encore toute rose et souple. Souriante, les cheveux défaits, belle comme un cœur sur son drap blanc froissé. On attend ensemble les pompes funèbres. Elle a l'air si peu morte que je la secoue un peu et je lui parle. “ Arrête tes conneries, t'es pas drôle... Ouvre les yeux... Ouvre les yeux... ”


texte extrait de Flic, chroniques de la police ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :