PSG - préfecture de police : 1 - 0

16 Mai 2013

PSG


Mon interview pour Le Courrier de l'Atlas à propos des "bousculades" dans Paris après la victoire du PSG :


Le Courrier de l’Atlas : Que vous inspirent les événements survenus place du Trocadéro et aux Champs Élysées le soir de la fête de la victoire du PSG ?

B. D : Toujours le même effarement de voir à quel point la violence est vite désinhibée dans ce genre de circonstances. Et puis de l’exaspération à entendre les débats du lendemain, et à assister à la compétition de langue de bois des uns et des autres. Entre ceux, le cul vissé sur les fauteuils de l’Assemblée Nationale, qui n’ont vu que l’extrême-droite et les ultras ravager Paris, et les autres qui en ont profité pour lancer une charge outrancière et hors sujet sur l’immigration.
Avec tout ça, une conférence de presse lamentable d’un préfet de police à coté de la plaque, un maire de Paris d’une absolue mauvaise foi, et un ministre de l’Intérieur qui à force de dédouaner tout le monde de toute responsabilité, indique clairement la sienne, et qui s’appliquant à citer les loupés de ses prédécesseurs comme autant de circonstances atténuantes, a apporté la démonstration qu’il était plus soucieux de sa propre exposition que de sa mission d’homme d’État. Une telle défaillance d’un service public aurait justifié une analyse plus sincère et rationnelle, et un peu moins de dénis de réalités.

À qui incombe la responsabilité ?

La responsabilité incombe à ceux qui ont prévu un service de maintien de l’ordre inadapté et insuffisant en dépit des mises en garde des services de renseignements et des préconisations de groupes dédiés aux violences urbaines qui ont une bonne connaissance des phénomènes de bandes et savent anticiper selon les contextes et évènements. Dire, comme Manuel Valls l’a fait, que les coupables sont les casseurs est aussi idiot que de dire qu’on est mouillé à cause de la pluie, avec un parapluie fermé à la main.
La responsabilité est donc clairement celle du préfet de police et du ministre de l’Intérieur. Mais le plus dérangeant a été d’entendre de la bouche de Jean-Jacques Urvoas (député socialiste et président de la commission des lois, rapporteur d’un texte préconisant un renforcement du contrôle des services de renseignement français, et qui fut secrétaire général du PS pour les questions de sécurité) que ce sous-effectif policier était voulu par les Qataris qui ne souhaitaient pas de flics « visibles » au Trocadéro.
[RMC le 14 mai 2013].
Sous-entendre que les actionnaires d’un club de foot puissent avoir le dernier mot sur un dispositif de maintien de l’ordre, et les desideratas du privé l’emporter sur l’intérêt général, en l’occurrence l’ordre public, est effarant dans un État de droit disposant d’une police nationale et républicaine.
Il appartenait donc au préfet de police de faire preuve de plus de professionnalisme et moins de clientélisme face aux propriétaires du PSG, et de ne tenir compte que des impératifs de sécurité publique pour que la fête puisse avoir lieu dans de bonnes conditions. Ce qui était tout à fait jouable. Les effectifs de police et gendarmerie étaient en nombre insuffisant et ils le savaient. Des collègues engagés sur ce maintien de l’ordre et rodés à ce type de mission me l’ont confirmé, ils ont fait ce qu’ils ont pu mais ont été débordés.

Fallait-il autoriser le rassemblement ?

Étant donné les incidents et les violences de la veille, au soir de la victoire du PSG, la prudence aurait voulu, au pire que ce soit annulé, au mieux que le dispositif policier soit considérablement renforcé et assorti de toute une gamme de mesures préventives et de contrôle en amont (métros, RER, etc.) comme ça s’est déjà fait sur d’autres évènements ou manifestations, et ce qui permet d’anticiper et d’adapter au mieux les mesures de sécurité.

Les solutions pour empêcher ce genre de débordements ?

Comme pour toutes les manifestations d’envergure et fortes en enthousiasme, le dispositif de maintien de l’ordre doit être approprié et en nombre suffisant, et le lieu (ou l’itinéraire) doit être déterminé de façon à ce que la sécurité des participants puisse être assurée, et qu’il n’y ait de casse ni sur les lieux ni aux alentours. Il y a fort à parier que les victoires du PSG (à supposer qu’ils renouvellent le miracle !) se fêteront désormais sous haute surveillance.
Ceci dit, il ne faut pas se leurrer ni être dupes, les bandes qui ont semé le trouble, et commis des actes de violence sont étrangères au football, et se plaisent à se mêler à toutes sortes de manifestations ou gros mouvements de foule, autant d’occasions d’agressions, de vandalisme ou de pillages.

Propos recueillis par Nadir Dendoune


source : Le Courrier de l’Atlas - jeudi 16 mai 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :