Burqa, niqab, hijeb et autres fanfreluches

9 Février 2010

Vous reprendrez bien un peu de burqa ?
(article du 2 juillet 2009)



   Seigneur dieu roi du ciel ! Le petit blanc a croisé des fantômes dans les rues de sa douce France ! Et il a eu grand peur. Et il se demande s’il ne faut pas interdire tout ça, pour ne conserver que Halloween et le fondamentalisme dormant des citrouilles, le père Noël et tous ces petits paganismes entre amis.
   Parce que ça, cet accoutrement ridicule et hors d’âge, c’est tout de même extrêmement dangereux pour la République, voyez-vous. Si si, absolument. Certes, il y avait bien cette vieillerie de loi de 1905, dite de séparation des églises et de l’État, qui ne préconise l’intervention de ce dernier qu’en cas de trouble à l’ordre public par des fantaisies d’inspiration religieuse, mais il semblerait qu’elle soit tombée en désuétude. Dommage. Elle aurait dû être rangée au patrimoine mondial des lois intelligentes.
   Mais là ! Merde alors ! Les bougnoules et leurs fatmas dépassent les bornes ! Sus aux Sarrasines masquées que diable ! Enfin un prétexte. Croisade ! Croisade !

   Bon, c’est vrai que ce n’est pas forcément très fin de lire le Coran avec des rondelles de saucisson halal devant les yeux, pour finir sous un niqab. Dans ce texte vieux de 1500 ans, il est juste indiqué aux femmes de faire preuve de pudeur devant les hommes qui ne sont pas leurs proches ou leurs esclaves eunuques. "Qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines..." (in sourate Les Croyants, verset 31) Rien de très coercitif en fait. Le Coran (pas plus que les Hadiths) ne prescrit en rien quelque chose qui ressemblerait à une burqa. Mais ces femmes ont donné un sens spirituel à un voile, c’est ainsi.

   Alors il faut l’interdire dit-on à droite comme à gauche, chez les intellos éclairés et au bistro, chez les féministes totalitaires, comme chez les bigames clandestins et les cocus. Interdire au nom de la liberté de la femme évidemment.
Interdire au nom de la liberté, oui c'est ça. Même si ça sonne faux.
   Parce que par ici, la liberté ne se calcule que sur la voie publique, ne se mesure qu’à la visibilité. Les dames en niqab ou hijeb dérangent parce qu’elles sont trop voyantes à ne vouloir être vues. Si la preuve était faite que le voile des musulmanes était assorti d’une oppression domestique, les ayatollahs blancs s’en ficheraient passablement. Mais la condition féminine tout le monde s’en fout un peu, n’est-ce pas. Le niqab c’est plus exotique que l’égalité des salaires par exemple, plus voyant que l’excision, ça enflamme mieux les conversations. Parce qu’autant on trouve ça tout à fait pittoresque dans les rues de Marrakech ou à Barbès (passe encore nous dira-t-on, allez, c’est presque le Maghreb) quand il faut en débattre en France, c’est une autre affaire.

   La liberté de la femme ne s’entend qu’à la mode occidentale, on ne supporte pas qu’elle puisse être déclinée autrement. Parce que sous le voile, le niqab, le hijeb, il y a quand même des femmes qui affirment qu’elles ont pris la liberté de la porter. Soit dit en passant.
   Quoiqu'il en soit, on se retrouverait donc à résumer la liberté de la femme à la gestion de l’accoutrement, aussi extravagant soit-il. Donnant un accord social tacite au droit (au devoir si on est conformément "émancipée") de montrer ou laisser deviner son cul, et repoussant ce symbole de pudeur extrême décrit comme tel par les femmes voilées de la tête aux pieds.
   En outre, l’esprit est ainsi fait que tout ce qu’on ne voit pas est une porte ouverte au fantasme.
   Par ici, on dit qu’il y a conspiration, qu’elles sont mandatées par des imams barbus pour tester la résistance de la Nation à une future islamisation des masses. Facile, mais l’époque paranoïaque s’y prête bien. Que ce voile plus ou moins noir est la porte ouverte aux dérives communautaristes. Mais à force de règlementer, légiférer, interdire, on ne fait qu’attiser les manifestations et bravades identitaires, et il serait judicieux de prendre en compte, avant tout autre paramètre, le caractère récent de cette radicalisation du voile.
   Par là, on hurle à l’asservissement et à l’oppression. Et si la musulmane affirme haut et fort que ce choix est le sien, c’est entendu comme une preuve supplémentaire de la perversité de la domination masculine dans l’islam.

   Parce que ces femmes voilées, elles ont quand même un truc pas clair et très déstabilisant pour ces défenseurs des libertés qui veulent tout gérer des libertés d’autrui, n’est-ce pas. Si c’est une maman discrète, elle est forcément opprimée. Forcément. Par un mâle en djellaba. Et si c’est une femme célibataire et pire, instruite – le voile laisse passer les idées et les arguments – c’est de toute évidence une dangereuse idéologue prosélyte… ou terroriste, allez savoir.

   On parle aussi de renoncement à la féminité. Quelle féminité ? Qui donne les limites de la féminité ? Le modèle dominant du dictat de l’apparence est-il si séduisant ? Faut-il s’étonner de postures provocatrices – le niqab par exemple – en réaction à une image de la femme qui n’est pas calibrée pour convenir à tout le monde ?
   Sans approuver, ne peut-on pas tenter de comprendre pourquoi on renonce à ce point à la nuance pour se couvrir de la tête aux pieds ? Finalement, la femme occidentale "libérée" ne satisfait-elle pas toutes les attentes et exigences phallocrates ? Et si le carcan était en fait là, quand la notion de féminité rime avec séduction et obligation sociale de plaire...

   Mais non, il faut interdire le niqab. La non-apparence dérangeante.
   Sous prétexte de la liberté et de la dignité d'autrui à préserver, il faudrait interdire un asservissement présumé.
   Même si la liberté s’entrave bien ailleurs que sous un voile et sur la voie publique.
   Clamer qu’on veut, qu’on exige, qu’on ordonne de voir les visages, parce que c’est la coutume par ici, une histoire de correction, de sociabilité, d’humanité… alors qu’on est si prompt à ne pas regarder dans les yeux les vraies différences, les vraies discriminations. La misère. La violence. Les inégalités et oppressions parfaitement visibles. Confortablement intégrées dans le décor.

   Le voile, le hijeb, le niqab ! La belle affaire !
   Un combat idéal pour petits blancs héritiers de toute l’arrogance et la condescendance judéo-chrétiennes.

Bénédicte Desforges

#au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire
A

- Bonjour a tous -

Déja je trouve très intéréssant vos commentaires a tous, mais malheuresement peu importe votre avis, les femmes en nikab sont des femme libres et ca je pense que vous ne voulez pas le comprendre,
ses femmes la ont beaucoup plus de Dignité que les votre, laisser sa femme sortir dehor en mini jupe et décolté ou les seins sont a moitié resorti mais vous n'avez pas honte que vos femmes soit
matté de la tete au pied que les homme pose leur regarde sur elle et recente une exitation ba franchement vous etes vraiment pas des hommes, vous croyez tous etre normal parce que vous vous
habillez tous pareil ! Loi ou pas loi quesque ca va changer en tout cas ci la loi passe 150 euros c'est rien a coter de ma libertée c'est avec plaisir que je donnerai 150 euro en mains propre a
Sarkozy mais je continurai a sortir je suis née en France et quoi qu'il arrive je suis francaise personne ne pourra m'enlever ma carte d'identité n'y m'expulser alors mesdames messieurs ci ca vous
plait pas comme on dit les plus génés deguage personnellement je me sens pas génée du tout merci !


Répondre
A

La laïcité = droit de religion, droit de pratiquer sa religion dans l'espace privé, totalement interdit dans l'espace public.

Voilà tout est dit...

Je comprendrais jamais pourquoi on discute toujours autant sur des sujets de ce genre là...


Répondre
C

Pauvre type ...
Plus facile de verbaliser le smicard pour des pneux un peu lisses que faire coorectement son travail... On va rigoler quand ces chères diversités vont commencer à vous tirer dessus à la
kalache...
patience camarade ...
l'avenir va être chaud pour vous ..
héhé


Répondre
I

Je te cite dans un de mes articles sur la burqa, alors je t'en informe.

Salutations, même si tu n'en veux pas.


Répondre
P

Excellent


Répondre
B

L'interdiction de la Burqua n'est certainement pas la solution. Bien que cette pratique religieuse n'attire pas spécialement ma sympathie, il faut savoir se détacher du passionnel.

Malgré l'argument démagogique de la protection des libertés de la femme, compte tenu des risques anti-constitutionnels, le législateur n'aura d'autre choix que de proposer une interdiction générale
de masquer son visage dans l'espace publique. Point. Et encore, même ainsi c'est pas gagné.

C'est à dire que sous prétexte d'interdire une pratique religieuse fondamentaliste revendiquée par quelques 2000 personnes à peine, on interdira à tous les citoyens sans exceptions de masquer leur
visage dans la rue. Certes, au quotidien, rares sont les occasions d'aller acheter du pain une cagoule sur la tronche, mais il faut bien prendre en compte les effets collatéraux d'une telle
interdiction.

Pire, à mon avis, une telle interdiction ne fera que renforcer le repliement communautaire d'une population déjà plus ou moins exclue de la société civile.

Enfin, je ne comprends pas ce besoin d'interdire à tout crin, alors que logiquement notre arsenal législatif devrait déjà suffire.

Par exemple, s'il est admis que le salafisme relève d'une pratique fondamentaliste du Coran, pourquoi alors ne pas déclarer le salafisme comme secte et le considérer comme tel?
Pourquoi soulever un projet de loi restreignant les libertés de toute la population pour soi-disant lutter contre une pratique sectaire qui ne concerne qu'une fraction risible de la population?

Peut-être est-ce encore un Nième enfumage destiné à détourner l'attention de l'opinion publique des véritables problèmes ;)


Répondre
F

Vous devriez vous limiter à vos compétences : j'apprécie quand vous défendez la police, mais là, vous tenez des propos racistes : "Un combat idéal pour petits blancs héritiers de toute l’arrogance
et la condescendance judéo-chrétiennes."


Répondre
L


C'est marrant, les leçons de silence viennent toujours d'universitaires de votre genre...
Vous n'avez pas le monopole de l'opinion recevable.



A

La laïcité, cela ne devrait pas être de faire en sorte que chacun choisisse et pratique sa religion sans que celle-ci ne dérange personne ? En particulier dans les lieux publics ? Si des SM veulent
tenir leurs partenaires en laisse sur la voie publique, on ne les laissera pas faire, n'est-ce pas ? Ou juste pour le carnaval, ou la Gay-Pride. Ils ont qu'à faire une Islam Pride ou elles mettent
la burqa une fois par an, ça me dérange pas. Mais là, devant tout le monde, montrer une telle soumission...
Une fois de plus, il est difficile de s'exprimer sur ce terrain, car il est récupéré à des fins politiques. Comme tout. Dès qu'on exprime son avis on prend parti, or il ne faut pas. Il faut penser
au bien, au progrès humain.
Je suis contre toute interdiction vestimentaire. Mais je suis contre l'exemple que donne ces femmes. Qu'on puisse être polygame ne me dérange pas, mais uniquement si ce sont des libertés partagées
équitablement entre les sexes. La frustration sexuelle que la religion engendre est une source inépuisable de violence. Et j'ajoute que les hommes, religieux ou non, vont devoir s'habituer à l'idée
que les femmes ne sont pas nées pour être leurs bonniches ni leurs esclaves. Qu'on veuille montrer son culte à tous les passants, ok, mais lorsque le signe est violent, humiliant à nos yeux de
pauvres petites occidentales habillées trop court, dans la mesure ou cela nous heurte, il vaudrait mieux éviter.
Mais il faut prendre en compte la montée de la religion en France et de tout ce qui va avec, qu'il s'agisse de l'Islam ou de n'importe quelle église, tout ça, c'est synagogue. Il faut prendre ce
signal en compte. Ces femmes nous disent quelque chose.
Peut-être nous disent-elles qu'elles ne veulent pas aller travailler, qu'elles préfèrent s'occuper des gosses. Qu'elles n'ont pas voulu de l'égalité entre les sexes et qu'en se soumettant à leur
mari elles en rejettent le principe. Elles ne comprennent pas que le métier de femme a toujours été aussi dur que le métier d'homme, et qu'il a mille fois évolué et changé au cours des siècles, des
années, des millénaires. Que souvent, depuis toujours sans doute, des femmes ont régné, se sont battu, ont travaillé. La vie est dure pour tout le monde. Elles ont toujours été les égales des
hommes, mais trop souvent elles ont été opprimées, poussées à l'abrutissement volontaire.
En mettant la burqa, celles qui sont converties foutent leur culture et leur passé à la poubelle en espérant trouver le bonheur ailleurs. C'est un ailleurs impossible : le bonheur est partout ou il
n'est nulle part, c'est comme dieu. On peut mettre une burqa ou une mini-jupe, rien ne changera.


Répondre
A

Ah les gens ils font trop rire, NIKAB par ci NIKAB par la on vois bien les gens qui ont une vie minable et qui ce préocupe de celle des autre! Quand un barbu et une femme au voile intégrale vous
attaquera la vous pourrez ouvrire tous vos bouche, ca me fait rire les prostituées sont autorisé mais des femmes couverte qui veulent faire leur vie tranquille en portant ce qu'elle veulent ca
c'est pas possible, mais continuez rien ne changera la majorité les femme portant le nikab sont des francaise et ca par contre ca doit en bouchez un coin,n'esperez jamais et ne révez jamais, vous
gagnerez pas de ce coté la !!!


Répondre
B

Je trouve ça totalement déplorable de parler ainsi d'une religion et d'un mode de vie qui sont , la plupart du temps, inconnu de tout le monde.Je ne vois aucun inconvénient à savoir que certaines
personnes peuvent êtres contre le port de la burqua, mais de là à parler de ceci comme étant un déguisement et une transformation de la femme en fantôme , je trouve cela carrément irréspéctueux et
raciste !!!


Répondre
T

"Un combat idéal pour petits blancs héritiers de toute l’arrogance et la condescendance judéo-chrétiennes" .. lol

On parle bien d'une espèce de drap qui recouvre de la tête aux pieds ! Ah il existe aussi la burqa natatoire dite burkini !

Doit-on tolérer la burqa au lycée, au volant, imposer aux employeurs de tolérer que leurs salariées la porte ?

La question de la compatibilité de cette tenue avec le mode de vie occidental mérite, en tout cas dans un pays occidental, d'être posée.

Y voir une croisade est la limite du point Godwin.


Répondre
J

A lire, un très intéressant article sur le sujet:
http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2010/02/10/qu-il-etait-beau-mon-foulard-islamique_1303573_3232.html

Je trouve particulièrement intéressante l'analyse historique concernant ce qui se cache et ne se cache pas, aux différentes époques et dans les différentes régions du globe.
On ne peut pas faire l'impasse sur ces données, même sans vouloir admettre cette façon de relativiser la burqa comme un argument valable contre son interdiction.


Répondre
S

Désolé, mais lorsque je prends l'initiative de me rendre dans un pays étranger, je dois me conformer aux lois de ce dernier, sous peine d'être expulsé. La liberté de chacun s'arrête ou commence
celles des autres. Certes, nous sommes dans un pays de "libertés", mais trop de liberté tue la liberté. Les lois sont des rails de sécurité et des garde-fous, afin d'éviter que tous dévient
dangereusement et de conserver le but à atteindre, la paix de tou


Répondre
L

Il n'y a pas (encore) de loi d'interdiction.


N

La burqa la belle affaire... )))
La vérité vous dérange... faux cul.


http://www.dailymotion.com/video/xbinl5_dlr-75018-la-laicite-remise-en-caus_news


Répondre
N

Réponse au 104: les intérêts mondialistes, ne peuvent coller d'aucunes façons avec des besoins nationaux ou même plus locaux encore... La gestion en serait impossible dans des conditions dignes des
humains... ce qui veut dire que lorsqu'ils, les "ON" détiendront le pouvoir mondial, ils le redistribueront à nouveau... Mais en ayant rebattu les cartes au préalable (dans une trentaine
d'années)... Pendant ce temps, ce sont les populations du monde entier qui en prennent plein la tronche... Voilà le grand programme... Alors, vive la foire d'empoigne!..
Voter, me semble devenu un acte imbécile et non plus citoyen...
Il faut aussi cesser de se référer aux guerres passées, la Palestine est en ce instant en plein génocide... La passé est passé... Mais ce présent montre à quel point les peuples sont devenu des
somnanbules de leur propre époque.


Répondre
N

La burqa no problèmo, pas plus que ceux qui s'accrochent des anneaux jusqu'aux hémorroïdes... Mais, qu'on cesse d'appeler les Européens de sous-chiens... C'est l'europe qui invite pas le
contraire... Alors, respect hein, un minimum?


Répondre
L

Si seulement cette plaie se limitait à Internet ! Elle ne fait que la mettre en évidence, un peu comme une urne lors d'une élection.

Mais surement sont-ils mieux informés... Probablement des parents de ceux qui affirment avec aplomb qu'en France on égorge les moutons dans la baignoire, que les noirs ont 4 ou 5 femmes, des
dizaines d'enfants et touchent ...50 000francs (oui oui cinq et quatre zéros) par mois (sic) de prestations sociales et naturellement sans travailler (c'est jaquot chirac qui le dit et il ne parle
même pas du bruit et de l'odeur) ou que les émeutes des jeunes banlieusards désoeuvrés, sans valeurs ni répères, rêvant de gloriole, de vie facile et d'argent et prêt à tout pour ça (tiens, on
aurait dit à s'y méprendre la description de nico s. le petit teigneux aux dents longues qui a finalement beaucoup de points communs avec la racaille karcherisable) sont le coups des "barbus" qui
les manipulent.

Mais bon c'est ça aussi la démocratie.

Pour développer encore plus et justifier mon pseudo durement acquis, cette démocratie qui permet à tout le monde, l'instruit comme l'inculte, le sain comme le fou, le sage comme le voyou, l'âgé
comme le jeune boutonneux de choisir le dirigeant d'un pays !

Je ne suis surement pas de mon temps mais je ne pense pas que tout un chacun est apte à juger de la pertinence de programmes économique, politique ou militaire pour un pays.

Les faits me donnent raison lorsque l'on voit les imbécilités que certains débitent ou qu'on réussit à leur faire gober tous les jours!


Et pour finir sur cette belle démocratie, démocratie qui vient d'interdire à une partie d'une population d'un pays de construire de malheureux (et inutiles) minarets (en tout et pour tout 4 en
Suisse), démocratie qui a amené aux pouvoirs des monstres (leur descendance se nomme "sionistes") qui ont pu exterminer en toute décomplexion 6 millions de juifs, c'est peut-être cette belle
démocratie, au train où vont les choses, qui amènera la charia en France.

A moins que ce jour là, on fasse des manoeuvres perfides comme celles pour empêcher Lepen député européen (donc élu démocratiquement !) et doyen du parlement de présider la session inaugurale !

Hyprocrisie constante mais démocratie et liberté à géométrie variable.


Répondre
L

Tant d'ignorance fait peine à voir, mais c'est le triste monde dans lequel on vit.

Aucune journaliste française ou ambassadeur ne met de voile en Algérie, en Tunisie, au Maroc...

Ce serait appréciable que les gens qui ne connaissent pas une chose évite de vouloir donner leur avis ou parler comme s'ils la connaissaient.

Pour votre gouverne, dans ces pays, les femmes sont libres de mettre le voile ou non ! Ce n'est pas des ragots que je viens colporter comme le fait la plèbe mais c'est la réalité.

Les billets d'avions ne coûtent pas chèrs, voyagez, vous verrez vous serez surpris !

Donc oui, les femmes marocaines, algériennes, tunisiennes... sont libres de mettre ou de ne pas mettre le voile et d'ailleurs, il est largement plus difficile pour elles de travailler avec le voile
que sans ! Etonnant !

Alors ne venons pas dire que les françaises, elles, seraient obligées de se voiler.

Personne n'y croit, hormis, ceux (je les plains) qui s'instruisent par la lorgnette de leur écran.

La France se targue d'être le pays des libertés, soit ! Alors pourquoi cette hyprocrisie répugnante à limiter la liberté aux convictions des musulmans (des musulmanes ici en l'occurence).

On ne pourra faire croire qu'à cette plèbe ignorante que les femmes vétues du voile intégral soit contrainte par leur mari, frère, père.

La vérite ? la vraie ?

Les femmes qui portent le voile intégral ont souvent toutes les peines du monde à faire accepter ça par leur père, mère, mari, frère.

Certaines sont insultées, frappées.

Ces femmes, pour beaucoup converties, sont parti à l'école de la république !

Mince, on ne peut donc pas dire qu'elles ne sont que des sales bougnoules analphabètes sorties de leur campagne !

Non, non, beaucoup d'entre elles sont françaises "de souche", ont étudiées, ont des diplômes.

Elles ont fait un choix ! Personnel ! Pourquoi vouloir essayer de les discréditer, de les faire passer pour des personnes forcées ! Elles sont libres, elles aussi, elles ont choisi.

Ne venons justifier cette prochaine interdiction par ce qu'il se passe ailleurs dans les pays musulman ! Les français ne sont ils pas supérieurs au musulman pour sombrer eux-aussi dans
l'intolérance ?!

Dans ce pays on a le droit à tout ! Toutes les folies et les excentricités, des plus raisonnables ou plus scabreuses et dégoutantes.

La France est un pays islamophobe qui s'ignore.

Soyez courageux, au lieu de pretexter des histoires de sécurité et de nécessité de voir le visage dans la rue, au lieu de pretexter des histoires d'urbanisme pour interdire les minarets... jouez
franc-jeu pour les quelques musulmans qui croiraient encore naïvement que votre problème c'est l'islamisme et pas l'islam. Ayez le courage de vos opinions !


Répondre
L

Ouf ! Merci !

(mais on n'empêchera pas le mal d'internet, les avis non éclairés sont ceux qui s'y expriment le plus fort et en plus grand nombre...)


A

Je ne vois pas pourquoi on polemique sur le port ou non du voile, losque vous etes ambassadeur en algérie, journaliste, simple touriste vous devez par pur politesse vous conformer aux lois
islamique en place, pas d'alcool en public, pas de mini jupe, voile sur les cheveulures des femmes et pourtant on en fait pas tout un foin comme ici...


Répondre
D

On refuse de laisser une partie de la population humaine vivre selon ses propres règles.
Est ce donc cela la liberté individuelle ?
L'Homme croit il vraiment pouvoir tout contrôler ?
Est ce que chacun ne possède pas son libre arbitre ?
Doit on ligéférer sur tout ?

J'ai décidé de rentrer dans les ordres de l'Eglise Catholique, par conséquent, je fais le choix de l'abstinence.
DOit on entendre par là que je me soumets à une idéologie supérieur qui refuse de me laisser m'épanouir en tant que femme, en tant qu'individu ?

La société voudrait me voir vivre ma vie de femme (professionnellement, socialement, sexuellement....) mais est ce que cette dernière m'a demandé mon avis ?

Si je choisi de faire voeux d'abstinence,qui est ce que ça regarde ? PERSONNE

Le débat est le même : religion, femme, soumission ou non,.
Chacun est libre de choisir SA VIE.


Répondre