AVP

26 Juin 2006

  Nuit ordinaire, on est en orbite sur l'arrondissement quand la radio nous envoie sur un accident de voie publique, précisant simplement qu'une voiture est sur le toit au milieu de la chaussée. Il s'agit d'un boulevard sans aucune voie transversale, et chemin faisant, je me demande comment on peut faire un tonneau sur une telle ligne droite.
La voiture est en vue, pas d'autre véhicule en cause, un témoin qui n'ose s'approcher se tient sur le bord du trottoir. Moi aussi, je me demande ce qu'on va découvrir dans cette tôle froissée qui a raclé le bitume de tous les côtés avant de s'aplatir les roues en l'air.
On descend de voiture. Dans le même temps, on voit un homme s'extirper de la carcasse en rampant. Il se relève, époussette sa veste et refait le pli de son pantalon calmement. Il sort un paquet de cigarettes, s'en allume une, et contemple sa voiture d'un air perplexe. À nos questions, il répond qu'il va très bien, qu'il n'a rien du tout, qu'il voudrait juste faire remorquer sa voiture et appeler un taxi. Tout est cohérent, mais s'agissant d'un accident, je lui demande de bien vouloir se plier à l'Alcootest. Il rechigne un peu... Positif.
Les mesures étant prises sur place, on l'emmène à la direction de la PJ pour souffler dans l'éthylomètre qui donnera l'alcoolémie exacte. Cinq grammes. La machine doit être déréglée. Je souffle dedans, mon collègue aussi : zéro. Correct. Je vais chercher un inspecteur qui est en train de dîner : 0,1... normal. Un autre vient, le garde-détenu qui s'emmerde près des gardes à vue avec son bouquin et sa bière, 0,2, logique. Le type souffle à nouveau, cinq grammes. La prise de sang ultérieure confirmera le résultat.
Il n'avait vraiment pas l'air ivre, il était imbibé au point d'être adapté à une telle alcoolémie. Cinq grammes d'alcool injectés dans un organisme sain le tueraient, ou au mieux le plongeraient dans le coma. Lui, il ne titubait même pas.
Il avait juste fait trois tonneaux en ligne droite.

texte extrait de Flic, chroniques de la police ordinaire

Bénédicte Desforges

#chroniques d'un flic ordinaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire