Le blogueur est un sale flic

31 Mars 2009

 

  Le blogueur est un flic qui s’ignore.
  Le blogueur aime bien les chiffres, les statistiques et les classements.
  Les entrailles d’un blog, c’est un peu la planète du businessman, celui qui compte, qui compte tellement qu’il ne sait même plus ce qu’il compte et pourquoi il compte. Celui dont le Petit Prince dit qu’il raisonne comme un ivrogne. Saoulé de chiffres... Et de la sainte statistique.
  Un blogueur, c’est un attentif, un curieux dit-il. Il aime savoir. Sans arrière-pensée, bien sûr.
  Savoir quoi ?
  Mais qui tu es, pardi ! Et d’où tu viens. Et ce que tu viens faire chez lui. Et le temps que tu y restes. Et si tu reviens. Et combien de fois. Etc.
  Parce que si tu passes chez certains sans laisser ta carte de visite sous le paillasson, tu les plonges dans une angoisse vertigineuse. C’est terrible, tu sais.
  Alors le blogueur a tout un tas de petits outils sophistiqués pour mettre en œuvre son flicage domestique. Il a des compteurs, des géolocalisateurs, et toutes sortes de mouchards. Quand il a un doute, et que son enquête doit avancer, il prélève l’IP de son visiteur (mais qui c’est qui c’est qui c’est !?) avec soin, sans la toucher pour pas y laisser ses empreintes, et il la reverse sur un de ces sites capables d’affiner l’identification et la localisation.
  Quand il repère un nom de domaine qui finit par gouv.fr, il écrit un billet en rouge vif sur son blog, et il est fier d'en appeler à la liberté d'expression. Ou de hurler comme un damné à la dictature des écoutes liberticides.
  Même si c’est agriculture.gouv.fr aux heures de ménage.
  Le blogueur est un obsessionnel.
  Le blogueur ne voit plus le jour, il stagne dans son bouzin comme un flic dans un sous-marin à observer la tronche des passants.
  Le blogueur est un fonctionnaire des blogs. Façon Vichy. Il aime la surveillance en loucedé, il traque les corbeaux avec des méthodes de taupe. Ou l’inverse. J’en ai même repéré un qui cherche les récidivistes sur son blog. Bonjour le vocabulaire... ça craint. Ça pue sévère. Il doit dormir dans le CSS de son blog celui-là, pour être sûr de ne rien louper.
  Ensuite, le blogueur aime bien les hiérarchies. On avait rêvé du monde libre d’internet, de l’homme libre deux point zéro, mais il n’en est rien. La grande messe œcuménique de l’internet et des blogs n’a jamais eu lieu, et il a fallu réinventer des castes, des gourous, des chefs et des soi-disant maîtres à penser... en classant les gens et leurs blogs. Le blogueur a loupé son pari originel, il a refait sur le ouèbe le monde qu’il conspue dans sa vie sociale.
  Il est resté un courtisan, un lèche-cul, et ne répugne pas à ramer derrière des autorités illégitimes, incompétentes, ou des élites autoproclamées.
  Moi flic, je n’aime pas le chiffre, les statistiques et les chefaillons. Je n’aime pas la hiérarchie non plus. J’ai rêvé de m’en passer, j’ai rêvé de non-grades. Je n'en démordrai pas.

  À propos de police, vous me faites bien marrer, tiens, à hululer à propos des renseignements inquisiteurs que pourrait bien contenir la p’tite Edvige, laquelle Edvige ne s’intéressera probablement jamais aux normopathes que vous êtes.
  Vous êtes les champions du strip-tease internaute, la plupart des blogs intimes font penser à de pauvres peep-show, où on aurait l’obligation compassionnelle d’applaudir le premier gros tas, le moindre boudin qui montre son cul.
  Vous dévoilez avec application tout le croustillant de votre intimité ou de vos opinions, vous êtes traçables sur internet via Google, qui se charge mieux que n’importe quel fichier de police de compiler tout ce qui vous concerne, et vous faites les vierges effarouchées à l’idée que des policiers assermentés (dont les faits et gestes sont tout aussi traçables soit dit en passant) puissent avoir accès à des renseignements utiles à la sécurité. La vôtre en l’occurrence. C’est amusant.
  Personnellement, je ne sais d’Edvige que ce qui est paru au JO dans sa version béta [1] et dans sa version remaniée-mais-pas-tant-que-ça [2]. Le reste, je m’en fous à peu près complètement. Mais jetez-y donc un petit œil, ça vous évitera de colporter n’importe quoi.
  Pour le colportage, l’inquisition et le renseignement sauvage, retournez plutôt vers vos outils habituels, vos divers instruments de décryptage et vos compteurs.
  Si ça ne suffit pas, complétez l’arsenal par facebook et twitter, vous savez, ces inventions récentes qui vous font approcher le degré zéro de la communication.
  Continuez à tout dire et tout montrer, une société bien portante a besoin de spectacles. Surtout du comique et du mélo.
  Et comptez toujours sur Google qui a une mémoire infinie.
  Edvige n’est qu’une amatrice sous contrôle...
  Sales flics. Que vous êtes.
 

M à J vendredi 3 avril :
Le Figaro titre sur "Internet, Facebook, une mine d'information pour la police"
En pleine expansion, les sites de socialisation sont utilisés dans les enquêtes les plus délicates...

Bénédicte Desforges

#au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire
L
Tu ecris bien, tes articles sont agréables, et tes bons mots... sont amusants

Continue comme ca
Répondre
C
La carte de fidélité de mon supermarché est plus forte qu'edvige aussi pour me cacher, j'achète régulièrement des bas résilles, des shampoings pour cheveux crépus et des vidéos gays
Répondre
L


Ah. Toi, tu perturbes les pistes. C'est très bien.



C
Dans tout libertaire il y a un flic qui sommeille. L'inverse est-il vrai ?
Répondre
L


C'est peut-être même encore plus vrai.
Et parfois, l'anar précède le flic.
C'est ce qui fait tout le romantisme paradoxal et désespéré de ce métier :D



M
[a little late]
Ouaouh, ça balance grave, par ici !!

Ah tiens, j'avions point remarqué la date…
Joli poisson, donc :-))
Répondre
L


Un poisson certes, mais un poisson pourri.
C'est comme ça que les blogueurs les aiment.
(et je tiens énormément à leur être agréable)
<



S
Loin de toutes ces polémiques même si elles me touchent en tant que citoyenne(je ne crois pas utile que mon opinion alimente davantage la rubrique),je voulais simplement vous dire que j'adore votre style et votre vivacité d'esprit!
Répondre
L


Merci Sandy, c'est gentil !



P
J'rigole là... Je supose (comme tu le soulignes) que certain on des raisons de s'anonymiser... Comme tu le sais, j'ai un passé de blogoteur sur i-gloo ou je fus censuré après plus de deux ans de ponte... jamais su pourquoi?.. et je m'en balance... Tu avais raison... quand tu me disais de larguer ce tas de peines perdues... Mais, je voulais bien saisir la chose (principe du net). Je me contente donc d'un autre blog ou je dépose quelques indices et humblement... des pensées d'une rare qualité ;))... et je laisse aller la mayonnaise, "c'est une valse qui a "mis le" temps"... )Sacré Brel.
Répondre
L


Tu as été censuré et viré parce que tu persécutais les modérateurs.
:D



C
Bah tu sais, les pédés en couple depuis presque 20 ans et qui bloguent juste pour le fun... :)
Répondre
L


Ah. Peut-être une piste...
Raisonnement par l'absurde : une vie affective (voire une libido) non épanouie engendrerait une pratique du blog pas fun, mathématique et compulsive ? :D



N
Perso je me suis jamais caché, ni mon nom, ni mon adresse... Vois pas pour quelles raisons... Un peuple qui se cache et c'est la fin de la démocratie... un peuple qui s'met la frousse... c'est moscovite ça... l'avènement du bolchoï...Un blog, je m'en sert comme d'un vide ordure... j'regarde dedans , j'trifouille... je sent, je palpe, je r'tourne... Un potager quoi!.. ;Nocif
Répondre
L


Pas que d'accord, Paul.
Il y a des cas où l'anonymat est une condition impérative pour pouvoir s'exprimer librement.
Peut-être ni toi, ni moi, ni ceux qui font des excès de parano, mais pour d'autres c'est ça ou le silence.



C
tss tss. Il y en a même qui ne savent pas qui et combien de personnes se connectent chez lui, et font ça juste pour le plaisir, s'amuser, et faire accessoirement de jolies rencontres. Dingue, non?
Répondre
L


Toi alors !
Ta conception du blog est d'une excentricité inouïe !
Dingue, oui.



A
Le problème n'est pas tant le fichage que son utilisation. Or j'ai pu constater maintes fois que les policiers ne respectent pas la loi. Dès lors comment pouvoir leur faire confiance et leur offrir un tel pouvoir ?
Répondre
L


Vous avez raison, les fichiers de police devraient être en libre accès sur internet.
Non mais c'est vrai quoi, confier des fichiers de police à la police, quelle ineptie, quel non sens...
Au point qu'un monsieur X ait pu constater de multiples dérapages hors-la-loi en rapport avec l'exploitation de ces fichiers.
Le système est tout pourri du dedans, ma pov' Lucette.



P
bah j'ai rien à cacher mdrrrrr
Répondre
L


Ah. Ok.



O
Il y a un peu de vrai dans tout ce méli mélo rageur, et en meme temps, on reste au degré zéro de l'analyse...les blogs sont aussi divers que leurs utilisateurs/trices. Quand aux remarques sur les gros boudins..bon on retrouve bien la ce respect magnifique de la personne humaine qui fait tout le charme d'une rencontre avec les flics.En plus, venant d'un policier, ca fait doucement marrer. Aujourd'hui membres d'un corps d'état qui pratique la rafle d'étrangers, qui tue en commissariat (quel courage!) et en réunion, qui continue à oeuvrer sous les ordres d'un gouvernement raciste et répréssif sans meme penser à démissionner..ben à coté les "blogueurs" sont de gentils rigolos.Alors la poutre dans l'oeil de..machin tout ca :-). Peut être fiates vous partie de cette toute petite minorité de flics intègres certes mais dans ce cas posez vous la question: qu'est ce que vous foutez encore dans un uniforme qui est devenu le symbole de la violence, de la peur et de la chasse aux étrangers? Quand aurez vous le courage de vous rendre compte que parfois, la seule chose à faire, c'est d'arrêter (aahah) de remplir votre fonction, si tant est que celle ci ait encore le moindre sens.
Répondre
L


Ah tiens, on attendait le fâcheux du week-end, et vous voilà enfin. Cool.
Bon, en fait vous n’avez rien pigé. Soit vous sautez sur le prétexte pour casser du flic, et là vous êtes à la bonne adresse parce qu’on va s’occuper de vous, soit vous êtes vraiment idiot. Ce
qui d’ailleurs parait l’hypothèse à retenir, puisque vous n’avez pas même compris le coup du peep-show. C’était métaphorique, voyez-vous, pas analytique. Blog/peep-show, exhibition, qualité du
spectacle discutable, blablabla... Je ne parlais pas de vrais gros boudins, il n’y a donc aucune atteinte caractérisée à la dignité humaine. Ceci dit, certains blogueurs n’ont aucune dignité,
c’était aussi le sens du truc, mais je ne vais pas compliquer outre-mesure votre appréhension de mon objection, c’est assez laborieux comme ça. Les blogs sont divers et variés, certes. Il y en a
d’excellents comme des nazes. Idem pour les blogueurs, et alors ? Faut rien dire, pas critiquer, taire la médiocrité et la vacuité ? Au nom de quelle indulgence indue, de quelle inertie
intellectuelle ? Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil sur internet ? Pas moi. L’expression sur internet expose, et expose donc à la critique. On pourrait en effet aller bien
plus loin dans l’analyse, mais ce n’était pas mon propos.
Et puis... Vous faites pitié avec votre tirade sur la police répressive-raciste-vichiste-meurtrière, cette association de malfaiteurs, vous savez, qui devrait faire un autodafé de ses uniformes,
tonfas, bombes lacry, et autres armes de guerre, et devenir enfin les truands qu’ils sont dans l’âme. Et vous laisser vous démerder avec la délinquance et tous les autres petits tracas générés
par la société dont vous semblez merveilleusement bien représenter le courage, vous qui ne vous nommez pas, et ne vous présentez pas avant de venir glavioter vos banalités ici. Mais je ne vais
pas vous reprocher votre manque d’analyse, ce serait mesquin. Votre remarque est juste très banale. Donc vulgaire.
Pour finir, oui bien sûr je suis intègre, mais vous n’êtes pas obligé de me croire.



A
Une image vaut parfois mieux que de longs discours....Des bizettes Alex
Répondre
L






M
De retour.Billet très vrai.J'en avais rédigé un qui était un peu dans le même esprit lors de la polémique (?) sur "Marc L..." qui se serait fait stripteaser sa vie privée sur Internet...Tu sais quoi Bénédicte ?Faudrait qu'on invente un taser de souris à distance.Je suis certain que l'on ferait un carton dans la clientèle des internautes...;-)
Répondre
L


Ah oui ! Un taser à mulot et une souris taseuse par logiciels de messagerie, on dépose le brevet, on vend ça hors de prix, et on envoie tout notre blé dans des paradis fiscaux !
Ça le fait, ça...



A
Pour les proxies, ce n'est pas de la parano, juste parce que je travaille dans le milieu de la sécurité informatique :) Alors forcément on se méfie un peu plus que la moyenne. Cependant, oui, ils peuvent être très efficaces, mais à condition de bien les choisir. Quant aux termes "Uzi et infanticide" heuuuuuuuuuuu c'est marrant j'y aurai pas pensé à ces mots clefs pour venir ici ^^En tous les cas j'me régale à vous lire et j'ai decouverts certains autres blogs grâce à vous dont je me régale. Un grand merci pour ça ^^Et bonne journée à tous.
Répondre
L


Merci Anne ! :o)



P
arfeu c'est quoi une uzi LOL
Répondre
L


Hé bien demande à Google.



A
L'anonymat derrière un proxy est tout relatif en fait :Car si vous ne laissez pas de trace sur les sites que vous visitez, l'administrateur du proxyy lui peut : - savoir que c'est votre adresse IP (puisque de chez vous à chez lui vous laissez des traces directes, sauf à monter un système de chainade de proxy)- connaitre l'intégralité de votre activité sur le net, puisque c'est le proxy qui se ballade pour vous. Il peut donc tout logger. Donc on oublie les proxies pour aller interroger son compte bancaire ou son webmail hein pas de blague. Il faut donc avoir une sacrée confiance dans la personne qui a mis en place le proxy En outre, tous les proxies ne sont pas configurés pour le mode anynome. il arrive qu'on laisse ses propres traces et celles du proxy. Autrement je suis en général d'accord avec votre vision des choses. Dommage de s'inquiéter pour Edvige si c'est pour laisser trainer des tas d'infos partout sur internet (google à la mémoire trèèèsss longue par exemple).Je fais partie de ceux qui n'ont pas de blogs, pas de compte faebook ou autre pour cette raison. Et je sais que je laisse des traces, ici par exemple, mais à moins d'une réquisition judiciaire (c'est le bon terme j'ai un doute, je laisse aux pros la possibilité de confirmer ou d'infirmer), on ne peut obtenir la correspondance entre ma réelle identité et mon adresse IP. Le risque est donc limité ^_^En tous les cas, je me régale à vous lire, généralement silencieusement, et c'est facile de vous retrouver "Blog+police" = 3ème lien sur google c'est y pas beau ? Amicalement
Répondre
L


Salut Anne.
Il ne faut pas virer parano non plus. J'ai parlé de proxy pour répondre à une question, c'est tout. Ceci dit, si l'hébergeur du proxy est localisé à Hong-Kong, et sans décision de justice, je
mets au défi quiconque de savoir qui est planqué derrière.
Les chaines de proxy sont utilisées, par exemple, par des "opposants" dans des états totalitaires (ou par des blogueurs paranos mais c'est une autre histoire) quand il s'agit de vraiment
rester caché.
Sinon, le mot clé police fonctionne bien aussi, et flic encore mieux :)
Uzi et infanticide pas mal aussi, mais bon...



M
Toute loi est liberticide ? Certainement pas une idée qui me vienne. Je parlais simplement de, pardonne-moi le terme, vertu.Précisons que je trouve ton article très juste dans le fond et excellent dans la forme ; cependant la question que je me pose ne concerne pas tant la surveillance, légale ou non, des activités de chacun, que la perméabilité, à travers Internet, entre social et intime. La mise en réseau (et en public) de données personnelles crée une sphère qu'on pourrait nommer "extime", que le législateur traite souvent comme sociale. C'est là que je m'interroge.Si je déclare que telle personne est un (...) et qu'il faudrait le (...), légalement je suppose que je suis en pleine diffamation et incitation à quelque chose. Mais si je déclare que je suis un (...) et qu'il faudrait me, que peut , que doit, dire/faire la loi ? Même question si je raconte que j'ai contrevenu à telle ou telle loi, que je soutiens telle ou telle position contraire à la législation et/ou la morale : pourra-t-on me le reprocher, alors que je l'avoue de plein gré, voire que je le revendique ? Finalement, en tant qu'internaute et blogueur, je ne fais que donner à tout un chacun la possibilité de me juger. Suis-je un mouton donnant des munitions à Edvige ou à de possibles dictateurs ? La loi doit-elle me protéger de moi-même ? C'est cette tentation qui m'effraie parfois - que la loi se substitue à la morale.Il ne s'agit que de questions, sans doute mal formulées, et dont les réponses m'échappent ; mais je dois avouer que je trouve une certaine forme de jouissance à exposer justement mes contradictions, dont celles qui concernent la loi.Et puis bon, c'est pas tout ça mais je vais tenter de dormir sans trop réfléchir aux traces que je laisse.
Répondre
L


Manu,
Je n’ai pas la réponse absolue à tout ça. Juste mon avis.
Mais contrairement à toi, je préfère de loin une loi à une "morale", parce que la "morale" de qui ? et pour qui ?
N'oubliez jamais que ce qu'il y a d'encombrant dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres, disait Léo Ferré, et il avait tellement raison.
Ce qui est prévu par la loi : hormis l’apologie des crimes de guerre, du terrorisme, l’antisémitisme, et quelques autres joyeusetés, le délit d’opinion n’existe pas en France.
Je crois que les choses sont bien plus simples que tes interrogations et tes craintes. Surtout quand il s’agit d’opinions et d’idées énoncées sur un blog. La contestation va de pair avec la
liberté d’expression, je continue à croire en celle-ci. Et j’ai pourtant des entraves (obligation de réserve, discrétion professionnelle, etc) que j’accepte parce qu’elles sont justifiables.
Peut-être que des informations visibles sur internet auraient une utilité dans le cas d’une infraction avérée (= élément légal (fait prévu par la loi) + élément matériel (un acte) + élément
intentionnel (une intention coupable) ) mais je ne vois pas comment l’inverse en absence de faits concrets pourrait tenir la route.
Même si tu révélais que tu es en train de planter des aiguilles pleine de curare de contrebande dans une poupée vaudou de Sarkozy, tout en fumant un pétard et en écoutant des chants du troisième
Reich, après avoir envoyé un courrier à Jean-Marc Rouillan pour refonder Action Directe, je ne crois vraiment pas que ça puisse te nuire.



P
Hé ben, moi qui me sentais jusqu'ici en sécurité en France grace à la police... Je vais me mettre à avoir peur maintenant que je sais quels zazous y travaillent...Il est donc mal de surveiller son prochain et éventuellement le dénoncer aux autorités? Je croyais que la délation était le pilier de la démocratie...
Répondre
L


Mais nooon, continue à dormir sur tes deux oreilles... mais fais gaffe quand même...

Pour la délation, je pense comprendre l'allusion à un récent projet de loi. et je ne dirai pas tout le &=#"!!¿†¿ que j'en pense. Plus sérieusement, je ne crois pas que le mot "délation" soit
dans le code pénal. En revanche, il y a des non-dénonciations qui sont punissables (meurtre, viol, etc)



M
A moins que le blogueur, ou le citoyen, assume jusqu'au moindre détail ce qu'il fait ce qu'il pense, ce qu'il dit ce qu'il consomme, ce qu'il produit et ce qu'il donne, à qui il parle et qui sont ses amis. La transparence en elle-même est loin d'être effrayante. Ce sont simplement les lois, ceux qui les promulguent ou ceux qui les font observer, qui peuvent faire peur.
Répondre
L


Pas d'accord.
Même s'il est de bon ton de penser et de clamer que toute loi est liberticide, les lois portant sur la protection de la vie privée, et tout ce qui concerne la presse (la LEN pour internet) sont
très rationnelles. Pour ce qui en est de la transparence, bien sûr que oui il faut gérer et assumer les informations de soi qu'on veut rendre publiques. Surtout quand Google les rend indélébiles.
Et ça, ce n'est de la responsabilité ni de la loi, ni du législateur, ni de la police, c'est la réalité d'internet.