Paris carnet (in blog with Laurent Gloaguen)

3 Avril 2008


© photo Goon : http://a-tension.eu


Il est beau, il est drôle, il est influent, il sent bon la pipe...
Et je ne le vois qu’une fois par mois.
Aaargh... que la vie est mâle faite !

Ah Laurent, pourquoi toi, pourquoi l'Assassin, pourquoi les hommes, pourquoi les cheese-burgers et la guiness, pourquoi wikio, pourquoi les vélib en hiver, pourquoi ?...

B. Desforges

#ailleurs...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire
D
J'hésite
ton humour
ou celui de Mélina.

Ouais j'hésite.
Bon et puisque t'es pas là, j'en profite.

la diiiiiigue la diiiiigue
en revenant de Nantes
la diiiigue du cul.
Répondre
L


- dimanche 13 avril, soir -
Ouais ben c'est pas malin parce que maintenant j'hésite entre l'humour de Mélina et le tien. Pas facile...
Dis donc blondasse, tout à l'heure quand tu es venue de Nantes à Montaigu, tu es passée par où ? Et quand je pense qu'il y avait une jeune enfant en bas âge avec toi... pfff Tu ne recules
devant rien. Tiens à propos tu la connais celle-là (quand j'avance tu recules, comment veux-tu, comment veux-tu que) ?
Scuz hein. :D



M
hé ben! y avait un paparazzi qui avait un meilleur appareil photo que les autres (ou qui avait un peu moins bu ^_^)

on va bientôt retrouver Bénédicte dans les magazines : Gala, Ici Paris, ou Voici... et après, c'est la descente aux enfers. Il faudra semer les photographes, éviter les journalistes, et tu finiras dans les potins parce que t'auras castagné un mec qui t'a photographié à ton insu à la sortie des toilettes publiques...
ha lala ! c'est dur d'être une bloggueuse influente hein :-D
Répondre
L


A semer les photographes, on finit dans les potins ou sous le pont de l'Alma, c'est selon. Mais comme je n'en suis pas là (et que je passe toujours par les quais et pas sous le pont)  je ne
sème pas les paparazzi (singulier paparazzo) je leur cours après. Et détrompe toi Anna, d'après les définitions et critères d'usage de la blogo, je ne suis pas influente, loin de là.
Mais comme tu vois là, j'ai approché l'influence de très près :D



P
Tu as changé la photo. Pinaise, elle est belle celle-ci. On pourrait en faire un poster. Et Laurent et toi, vous êtes mimi tout plein.
Répondre
L

Ah ben oui, on fait même un super beau couple je trouve.
Bon tu te décides à mettre un lien vers ton blog ou quoi ? Bizoux ! :D
-> pousse-manette


L
mince alorsssss ! on voit rien du tout, niente, nada !!!
un beau mâle vu une fois par mois, et qui sent bon la pipe... je m'interroge !
no bisouzalors.
Répondre
L


Bah moi, deux jours plus tard, je n'en suis plus à l'interrogation mais à la nostalgie ! :D
Bizoux Lita et bon week-end.



M
Il sent bon la pipe.
?
Muhuhuhahahahahahahahahahah, j'en ai mal au bide de rire.
Des bizettes
Répondre
L


Toi t'es rien qu'une jalouse.
Des bizoux.



F
La prochaine, je fais tout à la bougie et en mode pause longue (3 minutes au moins) !

Faudra pas bouger sinon la photo sera ENCORE floue \o/

Des bises
Répondre
L


C'est toi qui est flou sur ce coup-là Franck :D



L
Rah, quand je pense que j'ai raté ça, alors que mon appareil dormait gentiment dans mon sac avec tout ce qu'il faut: des piles, de la pellicule, et un flash!
Répondre
L


Va expliquer ça à Franck ! 
:o)



G
Rhalala Bénédicte, as-tu seulement songé aux graves difficultés de rédaction qu'à cause de ton inconduite notoire les auteurs du Lagarde et Michard du XXIème siècle allaient rencontrer, hein, y as-tu seulement songé ? !!!
Bénédicte D. partagée "entre la volupté et l'anxiété, entre l'appel des plaisirs et le besoin d'un bonheur paisible et serein ..." "En septembre, son rêve se réalise. Elle avait envoyé des textes à Laurent G., le bien connu Capitaine et celui-ci enthousiasmé, l'invite à l'Assassin. [...]". Ils écriront pudibondiquement "son ami", insisteront sur la rédemption sexuelle, grâce à toi, de cet homme qu'on croyait perdu pour toujours et à jamais (perdu tout court, bien sûr, à charge aux lecteurs de deviner en quoi il se perdait).
Bon soyez sympa pour la postérité et les futurs postulants au bac de français, évitez d'aller à Bruxelles (vous ... euh ... fâcher) puis à Stuttgart (vous réconcilier), ça a déjà été fait et après ils vont tout confondre
:-) :-) :-) :-) :-) :-)

PS : Ben oui je tremblais que veux-tu c'était si émouvant et je suis Trop sensible.
Répondre
L


Paparazza ! Je croyais que ton tremblement était provoqué par une suractivité oestrogénique engendrée par le stimuli visuel de la scène. Une sorte de réflexe pavlovien quoi.



R
Ouh, qu'est ce que c'est que ces hormones sauvages qui n'attendent pas la présence d'un appareil photo en état de marche ?
Répondre
L


Pourquoi ? Ben parce que pendant que s'expriment sauvagement les hormones, d'autres ne sont pas où il faut,  car ils s'occupent de leur taux de gammaglobulines dans les geekeries, tu
vois... :D