700 selon la police / 1000 selon la police

20 Avril 2007

  Cet après-midi, a eu lieu une marche silencieuse en hommage à la mémoire de notre collègue Reynald Caron, tué en service.

  Rien ne devait pourtant avoir lieu… La date n’était pas opportune disaient les opportunistes institutionnels, et l’appel à cette marche qui avait circulé dans les services de police était réputé hautement suspect. Une marche silencieuse officielle a donc été reportée à plus tard.
  Mais aujourd’hui, rien n’a su décourager des centaines de collègues de tous grades, de tous services de police, et venus de partout. Les vents de folle dissuasion qui ont soufflé ces jours-ci n’ont pas éteint la détermination.
  La légion étrangère n’a pas sauté sur le bois de Vincennes, le RAID n’était pas en embuscade sur les toits ou derrière des barbapapas, des hommes grenouille enfouraillés comme des porte-avions ne rampaient pas dans les caniveaux, et le conseil de sécurité de l’ONU n’a pas bougé de New-York.

  Aujourd’hui personne n’avait voulu attendre d’être pris par une main syndicale ou gantée de blanc pour marcher.
  Aujourd’hui, personne n’a pensé aux échéances politiques comme un empêchement. Non, ça ne comptait guère, Reynald n’a pas choisi de mourir en avril, et le respect de flic à flic qu’on lui doit nous interdisait de subordonner cette date à une autre.
  Il n’y a pas de date pour mourir de cette façon-là, des dates comme ça devraient être effacées du calendrier.
  Il n’y a pas de date pour honorer un collègue, l’émotion ne se planifie pas, les traces de ses pas marquaient peut-être encore le sol de la Foire du Trône cet après-midi. Pas de date plus grave que celle de la mort.
  Alors nous, on ne fait pas de politique ces jours-là, on fait de la solidarité et du respect.
  Et notre légitimité vaut celle de tous les mandats, elle est même plus belle et plus sincère.
  Sans porte-parole et sans étiquette, on sait tout dire dans une marche silencieuse sans leader.
  Nous sommes citoyens et responsables.
  Nous sommes fiers d’être flics, et aujourd’hui plus encore...

  Parce qu’aujourd’hui, pour des centaines d'entre nous réunis, l’heure était au recueillement et à l’unité.
  La marche s’est déroulée dans un calme et une dignité absolus. Chacun pensait à Reynald, et à tous les autres avant lui, emportés par la violence.
  C’est tout. Mais c’est beaucoup.

  Cette journée au soleil t’est dédiée Reynald.
  On se souviendra toujours de toi.


RDV le 11 mai encore plus nombreux et toujours aussi solidaires


On en parle :
20minutes.fr : Défilé de policiers à la mémoire de leur collègue tué à la Foire du Trône
lci.fr : Marche silencieuse et rebelle des policiers
l'express.fr : Foire du Trône les policiers manifestent
le figaro.fr : Manifestation surprise de policiers à Paris
le point.fr : Manifestation de policiers en hommage à Reynald Caron
RTL.fr : Des policiers manifestent pour leur collègue mort
Nouvel Obs.com : Manifestation de policiers à Paris en hommage à Reynald Caron
le JDD.fr : Dernier hommage à Reynald Caron
Libération.fr : Sur les pavés, l'hommage policier
France24.com : Un millier de policiers ont défilé à Paris à la mémoire du policier tué
Le Monde.fr : Manifestation en hommage au policier tué à la Foire du Trône
TV 5 : Défilé de policiers à la mémoire de leur collègue tué à la Foire du Trône

Bénédicte Desforges

#actu police

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
laisser un commentaire
V
Un grand soutien et une grande pensée à Reynald ainsi qu'à sa famille.
Répondre
A
Aujourd'hui recueillement, tristesse et dignité.<br /> Ayons une pensée pour les proches de Reynald et n'oublions jamais qu'à tout moment ce sera peut être notre tour.
Répondre
S
On y était. Et c'est bien ce qui importait. Une vraie marche silencieuse, en silence. Des passants se demandaient ce qu'on faisaient là, ils demandaient ce que cette troupe sans banderolle et sans slogan pouvait bien revendiquer... Peut-être juste la vie, parce que demander le droit de liberté, le droit au respect, à la dignité, c'est déjà trop demander. J'ai lu ce matin dans un journal, un article qui parlait de la réouverture du manège en question. Un jeune qui s'y rendait disait que si ça avait été "un jeune" il ne serait pas monté, mais que là, c'était un flic, de ceux qui les empêchaient de faire ce qu'il voulait (comme conduire sans permis) alors, la mort de ce flic "c'est rien qu'un fait divers". Juste le droit de crever pour 1700 euros par mois.
Répondre
:
bel hommage à notre collègue !!! et pensée pour toute sa famille ...
Répondre
F
soyons nombreux le 11
Répondre
J
J'admire la détermination de ceux qui ont défilé. J'aurais été très déçue si personne n'était passé outre les directives officielles.
Répondre
C
De tout coeur avec toi et tes collègues...
Répondre
S
Une date à ne pas oublier..
Répondre
C
A quand, civils ET policiers, main dans la main, pour une longue marche, pour dire "STOP !" ??
Répondre
D
Ah ! Si tous les flics étaient comme vous ! Hélas, tout est à craindre si Sarko est élu...
Répondre
D
Et vous avez bien eu raison. Pourquoi n'aurait il pas droit à une marche, comme toutes les victimes de la violence ordinaire. Parce qu'il est flic ?
Répondre